Celtic Link Ferries

Début 2005, P&O Ferries qui exploite alors plusieurs navires au départ de Cherbourg doit réduire drastiquement ses couts et décide, pour la France, de se concentrer uniquement sur la ligne Calais-Douvres. Deux navires sont alors laissés sur le carreau, le Pride of Cherbourg un ferry mis en service seulement 10 ans auparavant pour Irish Ferries et qui navigue désormais en Nouvelle Zélande ainsi que le European Diplomat un fréteur exploité par P&O Irish Sea sur Cherbourg-Rosslare. Avec le départ de P&O Ferries du port normand, un créneau s'ouvre pour l'arrivée d'un nouvel opérateur. En effet, l'Irlande est alors que peu desservie au départ de l'hexagone. Seuls deux ferries assure un service irlandais, le Normandy de la Irish Ferries qui assure Cherbourg-Rosslare à l'année et Roscoff-Rosslare l'été ainsi que le Pont Aven qui navigue seulement le week end en haute saison sur Roscoff-Cork pour le compte de la Brittany Ferries. C'est ainsi que peu de semaines après le départ de P&O que Cherbourg vit arriver Celtic Link Ferries qui racheta l'European Diplomat afin de le renommer Diplomat pour la ligne Cherbourg-Rosslare.

196853303_4057570877645990_6749217395330

Mis en service en 1978 le Diplomat fait partie d'une série d'une dizaine de fréteur que l'on voyait régulièrement en 2005 dans les eaux européennes. Après être passé par les plus gros opérateurs de l'époque ; Stena, Finnlines, Townsend Thoresen et P&O, il subit durant sa carrière de nombreux ajouts de blocs notamment sur la plage avant afin d'augmenter sa capacité de passagers. 

Nous pouvons le voir ici sous le nom de Pride of Suffolk lorsqu'il naviguait en Mer du Nord. Le bloc ajouté sur l'avant est alors bien visible. (Carte postale collection Le Maritime)

Diplomat 4.JPG

En 2000 son bloc lui fut finalement retiré et lors de son achat en 2005, le Diplomat était quasiment revenu à sa configuration originelle. Le Diplomat est alors exploité à raison de trois rotations hebdomadaires entre Cherbourg et Rosslare. Long de seulement 151m, le Diplomat est néanmoins doté de 1850m linéaires de garage lui permettant d'embarquer principalement du fret. Quelques passagers étaient également admis dans le peu de cabines que compte le navire, la traversée se monnayant alors à un tarif plus attrayant que celui proposé par ses concurrents.

Le Diplomat à Cherbourg

En 2009 Celtic Link se sépara définitivement du Diplomat et le remplaça par un navire Visentini plus récent, le Norman Voyager qui opérait pour le compte de la LD Lines entre Le Havre et Portsmouth. Le navire garda le même nom et permit ainsi à Celtic Link d'augmenter ses capacités de transport avec 420 passagers et 2 250m linéaires de garage. En 2011 le Norman Voyager retourna chez LD Lines, avant de devenir l'Etretat de la Brittany Ferries, et Celtic acquit son quasi sistership, le Cartour Beta, qui sera renommé Celtic Horizon.  En 2014 Stena racheta Celtic, garda le même service ainsi que le même navire renommé Stena Horizon. Toujours opérationnelle de nos jours, une des lignes cherbourgeoises historiques est désormais exploitée par Stena qui s'ancre toujours un peu plus dans le paysage maritime français.

Le Norman Voyager sous la livrée Celtic Link

DSC_0154.JPG

Le Stena Horizon, dernier vestige de la Celtic Link à Cherbourg 

Capture2.PNG
Capture.PNG

Durant sa courte carrière Celtic Link aura eu le mérite d'avoir essayée de se diversifier en ouvrant sans réel succès de nouvelles lignes : Cherbourg-Portsmouth et Dublin-Liverpool.

Images : scans brochures Celtic Link.

Capture4.PNG
Capture3.PNG